Adjarie : analyses différentes au Conseil de l'Europe et aux Etats-Unis.
2004-05-14

Le 2 mai, le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Walter Schwimmer, déclarait qu'il était regrettable que, suite à une absence de dialogue entre les autorités régionales de Batoumi et les autorités centrales de Tbilissi, deux ponts routiers reliant la République Autonome d'Adjarie et les autres régions de la Géorgie aient été dynamités.

Le 3 mai le porte parole du Département d'Etat américain, Roland Boucher, déclarait que les Etats-Unis condamnaient Aslan Abachidzé pour les destructions, et demandaient le désarmement des groupes paramilitaires adjars.

Le 3 mai au soir, à la télévision géorgienne Roustavi-2, le ministre des affaires étrangères de la Géorgie, Salomé Zourabichvili, estimait que les destructions relevaient de la décision unilatérale d'un seul homme (Aslan Abachidzé) et demandait au Conseil de l'Europe de rectifier le propos de Walter Schwimmer.

(En avril dernier Walter Schwimmer, et son représentant à Tbilissi Plamen Nikolov, avaient engagé le Conseil de l'Europe dans une démarche de proposition afin que la constitution de la Géorgie et celle de la République Autonome d'Adjarie soient adaptées).

M.M.