Théâtre, films, expositions, discussions : deux journées tchétchènes au Lavoir Moderne parisien, les 10 et 11 mars
2008-09-08

La Maison d’Europe et d’Orient (MEO) présente une étape de travail de la création de la pièce

Les Loups

, de Moussa Akhmadov, dramaturge tchétchène, par Daniel Lemahieu, Dominique Dolmieu et le Théâtre de Syldavie. Le texte a reçu en 2004 l’aide à la création du ministère de la Culture, après avoir été traduit notamment grâce au Théâtre du Radeau, et le projet de création est en cours. La volonté d’une équipe de défendre les paroles qui lui tiennent à coeur, conjugué à la nécessité, politique mais surtout simplement humaine, de réagir contre l’extermination du peuple et de la culture tchétchènes entreprise par la Russie de Vladimir Poutine, ont contribué à la mise en place de ces deux jours de rencontres. La MEO a souhaité inscrire la présentation de cette étape de travail dans une manifestation culturelle plus large, rassemblant différents aspects de la culture tchétchène avec au programme des projections de films et de documentaires de Mylène Sauloy, des concerts de Letchi Magamietmurzaye et DJ Tagada, l’exposition Trois temps tchétchènes, un groupe public de réflexion sur les nouvelles formes d’actions à envisager.


Manifestation organisée en partenariat avec l’association Marcho Doryila et le Comité Tchétchénie de Paris,

et en coréalisation avec le Lavoir Moderne parisien.


PROGRAMME




Vendredi 10 mars à 19 h15 : mise en espace de la pièce Les Loup,

de Moussa Akhmadov
- Traduit du tchétchène par Aboubakar Abayev et Camille Sirota (Ed. l'Espace d‚un instant)
- Dramaturgie Daniel Lemahieu, direction Dominique Dolmieu
- Avec Patrick Alaguératéguy, Vincent Cappello, Fabrice Clément, Nouche Jouglet-Marcus, Barnabé Perrotey et Salomé Richez
- Musique Eric Recordier - ombres Olivier Vallet - costumes Estelle Ramousse - régie Malena Plagiau assisté de Federico Uguccioni
- Une production du

Théâtre de Syldavie



Tchétchénie, hiver 44. Sur ordre de Staline, l’Union soviétique organise la déportation de l’ensemble du peuple tchétchène vers l’Asie centrale et la Sibérie. La moitié n’en reviendra pas. Dans les montagnes du sud de la Tchétchénie, seuls quelques survivants hantent encore les ruines du pays, se terrant dans les forêts, parmi les loups.

Encore une nouvelle pièce de guerre ? Oui, malheureusement. Mais il ne s’agit pas ici d’une mise en scène de la violence. Le domaine de la déportation, du génocide. Les soldats, les trains, la Sibérie bleue. Des camps sans barbelés, les vastes et impitoyables steppes de la mort. L’horreur nous fait basculer dans l’indescriptible, dépasse l’entendement.

Moussa Akhmadov est né en 1956 au Kirghizstan, en déportation. Poète et romancier, enseignant et journaliste, ses pièces ont été montées par les théâtres de Grozny et de Nazran. Aujourd’hui réfugié dans une république voisine, il dirige le Centre culturel tchétchène de l’Exil.


Vendredi 10 mars à 21 h : projections de film et de documentaires



-

Un nuage d’or passait dans la nuit,

de Serguei Mamilov (1989, couleur, 97 min, Gorkyfilm - Société de production Ladia)

Le destin tragique de deux frères jumeaux déplacés en 1944 avec d’autres orphelins dans une Tchétchénie fantôme, dont tous les habitants ont été déportés, d’après le roman autobiographique de Anatolij Pristavkine.

- Série de courts

documentaires

de Mylène Sauloy

Décembre 2005. Voyage en Tchétchénie. État des lieux en très courts sujets de quelques minutes, sur le retour au pays des réfugiés, la situation des enfants et adolescents victimes de guerre, l’aide humanitaire européenne, les violations des droits de l’homme et le travail de Memorial. Et puis, un portrait plus long d’un médecin de campagne, là-haut dans les hautes montagnes du Caucase, non loin des dernières poches de résistance. Portrait effleuré d’une violente fin de guerre.


Samedi 11 mars à 15 h : Groupe public de réflexion collective

autour de la question :

« En juillet 2006, Poutine deviendra président du G8. Quelles nouvelles formes d’actions à envisager ? »



Depuis plus de dix ans, bon nombre d’associations, d’artistes, d’intellectuels se sont mobilisés pour « faire parler » de la Tchétchénie, de cette terrible guerre qui a fait des centaines de milliers de victimes, réduit à néant tout un territoire et destabilisé toute une région. Malgré les nombreux engagements qu’elle a suscités, cette mobilisation n’a pas servi à briser le profond silence des politiques face à ce génocide, à briser l’indifférence des médias et des puissances occidentales. Alors, que faire, maintenant que l’unité politique tchétchène a implosé avec la mort de Maskhdov ? Comment réagir, comment faire réagir face à la dérive autoritaire d’un Vladimir Poutine plus que jamais soutenue par nos démocraties ?


Samedi 11 mars à 19h15 : mise en espace de la pièce Les Loups, de Moussa Akhmadov



par le Théâtre de Syldavie.



Samedi 11 mars à 21 h : Concert de chants traditionels et actuels de Tchétchénie



avec Letchi Magamietmurzaye et ses musiciens

Exilés, réfugiés et désormais installés dans la région lyonnaise

« Letchi est les siens »

, comme on les surnomme parfois, ont emmené avec eux, ce que personne ne pourra jamais leur enlever : l’amour de la liberté et une longue tradition musicale ! Leur répertoire s’inspire des chants traditionnels et les chansons évoquent l’histoire et les légendes populaires, l’espoir et les souffrances, l’attachement aux montagnes.

et en invité surprise : DJ Tagada !

Et retrouvez durant toute la manifestation :
-

L’exposition Trois temps tchétchènes

: l’empreinte, l’acharnement, le pont.

L’empreinte

comporte vingt relevés originaux de pétroglyphes (dessins gravés dans la pierre sur de très anciennes tours de défense) reproduits par l’archéologue tchétchène Ruslan Arsanoukaev, vingt photos de relevés de pétroglyphes et de sites archéologiques tchétchènes (tours de défense, complexes architectoniques) et deux cartes de localisation des sites.

L’acharnement

: trente photos de grands reporters - Bruno Stevens, Ahmet Sel, Khemelianin, Morkovkin, Pageard, Mashatin - couvrant les deux guerres (94-96 ; 99-...) et Grozny « Avant et après ». Et

le pont

: dix photos d’actions de solidarité en Europe.
- La librairie de la Maison d’Europe et d’Orient présentera une sélection de

livres

sur la Tchétchénie et le Caucase, ainsi que la collection des éditions l’Espace d’un instant.
- Et pour les petits creux, des

spécialités culinaires

préparées par Tabarka seront à déguster

Tarif unique : 10 euros par jour (sauf groupe de réflexion, entrée libre)

Lavoir Moderne Parisien
- 35 rue Léon 75018 Paris
- M° Château Rouge (ou Marcadet-Poissonniers)
- Réservation : 01 42 52 09 14
- Information : 01 40 24 00 55
- Site Internet : [URL : www.sildav.org]

La Maison d'Europe et d'Orient est principalement financée par le Centre national du Livre, le Fonds d'action et de soutien à l'intégration et à la lutte contre les discriminations (FASILD), le Ministère de la Culture (DAEI et DRAC), la Région Ile-de-France et la Ville de Paris (DAC, DPVI et Mairie du XIIème).