Le Printemps de Paris, festival de création indépendante en Ile-de-France et en Europe orientale, du 20 au 27 mai
2008-09-14

La Maison d’Europe et d’Orient (MEO)

présente

le Printemps de Paris – 2



festival de création indépendante en Ile-de-France et en Europe orientale

du 20 au 27 mai 2006



samedi 20 mai



MEO

17 h Ouverture du festival et vernissage de l‚exposition rétrospective de la saison 2005/2006

20 h 30 Spectacle Generation Jeans par le Théâtre Libre de Minsk - Biélorussie


dim 21 mai

de 14 h à 21 h 30 - MEO - Journée projections

lun 22 mai à 19 h 30

, MEO - Soirée d’hommage à Minush Jero

merc 24 mai à 15 h

, MEO Conte musical Les Chelmites par l‚association Pré Atout

jeu 25 mai à 20 h

- l’’Ermitage - Concert La Caravane passe

ven 26 mai à 20 h

- Péniche Alternat - Concert La Prose du Transibérien par le Cirage Acoustique

sam 27 mai

- MEO

- 16 h Vernissage des nouvelles publications : Hristo Boytchev aux éditions l’Espace d‚un instant

- 17 h Remise du prix Paris Europa 2006 par Nicolas Pétrovitch à Marcho Doryila

- 18 h Présentation de la saison 2006/2007

- 19 h Soirée club avec DJ Tagada

___________________________________

samedi 20 mai



Maison d’Europe et d’Orient

3 passage Hennel - Paris XII - M° Gare de Lyon (accès par le 105 avenue Daumesnil)

17h - Ouverture du festival et Vernissage de l’exposition



Rétrospective de la saison 2005/2006 organisée par Arben Selimi avec l‚association Albania, Grégory Valton, Sladjana Stankovic, Annelaure Lafay, Benjamin Géminel et Mirela Dhrami.

entrée libre

20 h 30

Generation Jeans par le Théâtre Libre de Minsk - Biélorussie

Le Théâtre Libre de Minsk est un collectif de comédiens et de dramaturges emmené par le couple Nicolaï Khalezin et Natalia Koliada. Créée en 2004 en opposition à la culture officielle imposée par le régime actuel, la troupe du Théâtre Libre est aujourd‚hui le fer de lance de la scène indépendante Biélorusse. Pour leur première à Paris, ils présenteront Generation Jeans, leur dernière création en référence au symbole de liberté qu‚a été le jean à l‚époque soviétique, et qui est de nouveau l‚un des principaux symboles qu‚a choisi l‚opposition. Sur scène, accompagné d‚un DJ, Nicolaï Khalezin retrace le parcours d‚un dissident politique, comme un appel à hisser le drapeau du jean pour une révolution de velours ! Spectacle en russe surtitré en français. En partenariat avec l‚association Perspectives Biélorussiennes.

tarif : 10 €, tarif réduit : 8 € (- de 25 ans, étudiants, chômeurs, habitants du 12ème, avantage actes if)

réservation 01 40 24 00 55


dimanche 21 mai à partir de 14 h00



Maison d’Europe et d’Orient

Journée de projections

organisée par Sandrine Lancien

tarif par séance : 3 € / pour deux séances 5 € / pass journée : 7 € - réservation 01 40 24 00 55

en partenariat avec Art en exil, Les Productrices, Marcho Doryila, Studio Borisfen-S, UkrAnimaFilm, Perce-Neiges d’Ukraine, Entre2prises et York Zimmerman Inc.


14h



Un instant avec Jeton Neziraj et Igor Bojovic, de Sandrine Lancien (2005-2006). Courts-métrages documentaires, France :

Ces deux portraits filmés font partie d‚une série qui souhaite présenter au public les auteurs avec lesquels travaille la Maison d’Europe et d’Orient. Jeton Neziraj vit à Prishtina, au Kosovo. Il évoque ici son travail d‚auteur, notamment pour les enfants, et sa participation à la première création depuis la fin de la guerre qui a réuni des artistes albanais et serbes. Igor Bojovic est dramaturge, scénariste et directeur du théâtre de marionnettes de Belgrade.


15 h



1900 Paris - Sarajevo

de Jasna Samic (2000). 28 minutes - essai documentaire, Bosnie

L’année 1900 est l’année de l’Exposition universelle tenue à Paris. Deux pavillons seulement viennent des Balkans : l’un d’eux est le Pavillon bosniaque. Ce film évoque la belle époque de deux villes : Sarajevo, capitale de la Bosnie, et Paris, capitale mondiale ; les deux villes sont à l’époque des lieux de rencontre de toutes les cultures et civilisations du monde.

16 h



Courts-métrages d’animation ukrainiens

des studios Borisfen-S et UkrAnimaFilm - Ukraine

- Bila Arena (Le Cirque blanc) de Irina Gurvish (1982) - 8‚40’ - court-métrage d’animation
- Zasyple Snig Dorogi (La neige couvrira les routes) de Yevgeniy Sivokon (2004). 7‚20’, court-métrage d’animation - Prix du meilleur film d’animation au Festival de Clermont-Ferrand 2006
- Pyesa dlya tryokh aktoriv (La pièce pour trois acteurs) de Alexandr Shmigun (2004). 9‚52’, court-métrage d’animation
- Ostannya zhinka Synioy Borody (La dernière femme de Barbe bleue) de Alexandr Bubnov (1995). 13‚55’, court-métrage d’animation


17 h



Voyage dans l’irréalité immédiate, de Jean Lefaux et Anca Hirte (2003). 77 minutes, documentaire, France

Vu du pont de l’occident, la Roumanie est comme un continent perdu, aux contours incertains, un iceberg flottant, à la dérive, d’Est en Ouest. Dans la partie visible de l’iceberg, surnagent des images de chiens de rue errants, d’enfants de rue mendiants, d’orphelinats douteux. Dans la partie immergée, des traces incompréhensibles d’histoires glacées. Par couches successives, historiques, sont stockés des fragments de discours contradictoires, incertains, faux. Une mémoire enfoncée à coup de pic dans le crâne de chaque Roumain. Le pays vit dans la terreur. De tout. Du quotidien de misère. Du changement. Du souvenir des terreurs passées. De la crainte des terreurs à venir. Et c’est ainsi que les réalisateurs ont rencontré les habitants de ce pays malade.

18 h 30



Mémoire(s) de Grozny de Sonia Ziernowa (2003). 52 minutes, documentaire, France

Parce qu'il y a un moment où l'on prend conscience que montrer des images de l'horreur et s'indigner ne suffit pas, il faut alors chercher au coeur de l'expérience humaine ce qui peut faire sens et nous relier. A partir de récits de réfugiés tchétchènes en France, réflexions poético-politiques sur la destruction de Grozny et l'indifférence de l'Europe vis-à-vis des souffrances du peuple tchétchène.

19 h 30



Quatre films courts de Mylène Sauloy sur

la situation actuelle en Tchétchénie

(2006). 22 minutes - reportages documentaires, France

Le retour des réfugiés à travers le portrait d'un enfant

L'aide humanitaire aux enfants victimes de guerre

Les violations des droits de l'homme au travers du travail de l'ONG Memorial

Yusha, médecin de campagne : la situation dans les montagnes du sud, au bord de la guerre, au travers du portrait d'un médecin de campagne


20 h 30



Bringing down a dictator (Le Renversement d’un dictateur) de Steve York (2002). 60 minutes, documentaire, Etats-Unis

Ce film raconte comment Slobodan Milosevic a été renversé ˆ non pas en mettant le pays à feu et à sang, mais par une courageuse campagne de défiance politique et de désobéissance civile massive menée par le mouvement étudiant Otpor. Il est utilisé comme support pédagogique par le Centre International des Conflits Non-Violents qui propose une méthodologie et des formations destinées à des personnes aspirant à un changement de régime dans leur pays. Ce film a notamment été diffusé sur les télévisions géorgiennes avant la chute de Chevardnadze. Il a également certainement circulé en Ukraine au moment de la révolution orange et doit encore actuellement passer de main en main chez les militants anti-Loukachenko, en Biélorussie.

21 h 45



Extrait de A force more powerful (Une force plus puissante) de Steve York (2000). 27 minutes – documentaire, Etats-Unis. La Pologne : « Nous tenions Dieu par le bras. Ce documentaire explore la façon dont la puissance de la non-violence a surmonté l’oppression et les pouvoirs autoritaires à travers le monde entier, au 20ème siècle. Pour cette journée de programmation, nous avons choisi de diffuser un extrait concernant la Pologne. En 1980, les grèves des chantiers navals de Gdansk permettent au Polonais de gagner le droit d‚avoir des syndicats libres, et lancent le mouvement Solidarité, avec à sa tête Lech Walesa.


lundi 22 mai à 19 h30



Maison d’Europe et d’Orient

Soirée d’hommage à Minush Jero

Minush Jero s’en est allé le 22 mars dernier. Il était l'auteur de la plus célèbre pièce du théâtre albanais, Les Taches sombres. A la fin des années soixante, sa pièce avait remporté le premier prix du festival albanais de théâtre, avant d'être rejouée quelques temps plus tard devant le dictateur Enver Hoxha. Celui-ci avait rapidement compris que la pièce, si elle utilisait les canons du réalisme socialiste, n'en était pas moins une sévère critique du régime et de ses méthodes. Tous les protagonistes furent donc persécutés, et Minush Jero condamné à 8 ans de travaux forcés. Une page de la résistance culturelle se referme. Ce ne sont pas de vains mots. La pièce est universelle, et bien des artistes pourront encore choisir suivre cette piste d'un lien véritable, inaliénable, entre le théâtre et la société. Notre maison s'est construite en bonne partie sur ce travail avec Minush. Nous lui rendrons donc hommage lors de cette soirée avec une lecture de la pièce les Taches sombres par le Théâtre de Syldavie et différentes prises de paroles. En présence de S.E. Ferit Hoxha, ambassadeur d’Albanie en France, et en partenariat avec Albania et Libre d’esprit.

entrée libre


mardi 23 mai à 19 h30



Maison d’Europe et d’Orient

Conférence-débat : le Monténégro après le référendum

Rencontre organisée par l’AFEBALK et le Courrier des Balkans avec Amaël Cataruzza, Daniela Heimerl, Nicolas Pétrovitch et Yves Tomic. entrée libre.


mercredi 24 mai à 15 h



Maison d’Europe et d’Orient

Conte musical : Les Chelmites par l’association Pré Atout

Mise en voix et mise en scène par Nathanaël Friloux et mise en musique par Mathieu Lasserre (saxo soprano) du conte « Les sages de Chelm » d’Isaac Bashevis Singer. La petite ville de Chelm est gouvernée par un conseil de 5 sages aux noms révélateurs, Lekisch le Bon à Rien, Zeivel le Ramolli, Treitel le Fou, Sender l’Ane et Schmendrick Tête de Bois. Le sage des sages, celui qui prend les décisions quand les autres n’arrivent pas à se mettre d’accord, c’est Gronam le Boeuf, qui n’a peur de personne sauf de sa femme. Ces 5 sages peuvent déclarer la guerre au village voisin sans aucune raison, simplement pour faire oublier aux Chelmites la misère quotidienne ou abolir le port de vêtements, afin de ne plus distinguer les riches des pauvres. Isaac Bashevis Singer prend comme prétexte la ville de Chelm pour mettre en évidence la bêtise humaine. Et bien que ce conte, sorti du folklore yiddish, s'adresse avant tout aux enfants, il fait réfléchir sur la politique, le féminisme, l'abus de pouvoir... Tout ça dans un style ironique. (tout-public ; à partir de 9 ans)

tarif unique 5 € - tarif de soutien 10 € - réservation 01 40 24 00 55


jeudi 25 mai à 20 h



Studio de l’Ermitage

8 rue de l’Ermitage - Paris XX M° Ménilmontant

La Caravane passe en concert

Entre musique des Balkans et rock français, La Caravane passe a un univers, un répertoire et une langue qui lui sont propres « l’universelle fiesta ». Des airs que l’on retient facilement, des paroles dans des langues métissées et une énergie à toute épreuve. On n’a plus seulement un groupe de musique tzigane, mais un groupe alternatif qui impose la fête au-delà des cultures. Les principaux passagers de cette caravane endiablée : Toma Feterman : « maître de cérémonie déjanté », chanteur banjoïste et trompettiste est un parisien aux origines polonaise et roumaine ; « Llugs » (Olivier Llugany ) : barit dans son Fiscorn (cuivre catalan ou dans son trombone basse, quand il ne donne pas la réplique à ses collègues ; « Zinzin » Moretto (Cyril Moret) : fait frémir le public avec ses saxophones ; « BenBody » Benjamin Body :l’assise du groupe, la contrebasse qui fait trembler et bouger ;Patrick Gigon : c’est la batterie, les chevaux, l’énergie brute de la caravane.

avec en première partie : Taxi Luna

Une rencontre, des lignes de vie, des battements d’ailes ou de coeur, la chaleur des mélodies balkaniques teintées des rythmes mystérieux d’orient. Taxi luna c’est la richesse de cinq talents venus d’ici et de là-bas. Cinq musiciens passionnés venus vous embarquer dans un voyage acoustique où la fête se pare de sensualité pour le plaisir de vos sens.
- tarif 7 € / tarif réduit 5 € ( - de 25 ans, étudiants, chômeurs)
- en écoute sur www.lacaravanepasse.com & www.taxiluna.com


vendredi 26 mai à 20 h



La Prose du Transibérien et de la petite Jehanne de France

création musicale par le Cirage Acoustique

Péniche Alternat - la péniche des associations

Pont de Bercy - Paris XII M°Quai de la gare ou BNF Rive droite suivre le fléchage

Blaise Cendrars est un poète bourlingueur, aux semelles aimantées par tout ce qui bouge et transpire dans le monde. La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France, écrit en 1913, conte le voyage qu'il fit au temps de son adolescence. Au début du siècle grondaient la révolution russe et la guerre sino-japonaise. Embarqué dans le Transsibérien, le jeune Cendrars traverse des paysages humains dévastés, meurtris. A fleur de peau, à fleur de lettre, au cours de cette odyssée hallucinée se dessine le souffle d'un poète naissant. C'est à ce voyage initiatique que vous convie la formation musicale, le Cirage acoustique. Avec Richard Graille chant et guitare ; Eric Recordier contrebasse ; Vanhdy Siratana batterie et percussion.
- tarif 7 • - tarif réduit 5 • ( - de 25 ans, étudiants, chômeurs, habitants du 12ème, avantage Actes if )
- réservation 01 40 24 00 55


samedi 27 mai



Maison d’Europe et d’Orient

entrée libre


16h - Vernissage : Hristo Boytchev

Nouvelles publications : Cette Chose-là, suivi de L‚Homme souterrain de Hristo Boytchev, traduit du bulgare par Iana-Maria Dontcheva, préfacé par Katia Dimitrova, aux éditions l‚Espace d‚un instant. Lectures par le Théâtre de Syldavie.

Hristo Boytchev est né en 1950 en Bulgarie. D‚abord ingénieur en mécanique en province, sa première pièce, Cette Chose-là, remporte un succès aussi fulgurant qu‚inattendu, si bien qu‚il est élu dramaturge de l‚année en 1989. On le retrouve candidat aux élections présidentielles de 1996 en Bulgarie, lors desquelles il utilise son temps d‚antenne pour de nouvelles satires. En France, Le Colonel Oiseau est monté par Didier Bezace au Festival d‚Avignon en 1999. Hristo Boytchev est aujourd‚hui un auteur de renommée internationale, dont les pièces sont jouées sur quatre continents. En partenariat avec Balkans Transit.


17h00 - Remise du prix Paris Europa 2006

Par Nicolas Pétrovitch, prince du Monténégro, à Marcho Doryila, association animée par Mylène Sauloy, dont les objectifs sont de développer les échanges culturels avec la Tchétchénie et les peuples du Caucase.

Le prix Paris-Europa vise à promouvoir et récompenser des projets particulièrement exemplaires dans le domaine du spectacle vivant ou dans la culture en général, ayant pour principal objectif le développement des échanges, des rencontres, des projets collectifs entre l‚Ile-de-France et l‚Europe de l‚Est ou au sein de la grande Europe. En 2006, le jury est présidé par Nicolas Pétrovitch, et composé de Anne-Marie Autissier, Bernard Faivre-d‚Arcier, Anne Madelain, Jordan Plevnes, Patrick Verschueren et Nathalie Vimeux. Le trophée sera réalisé par le groupe Skart de Belgrade.



18h00 - Présentation de la saison 2006/2007

par Céline Barcq et Dominique Dolmieu


19h00 - Soirée club avec DJ Tagada

On ne présente plus DJ Tagada aux amateurs de rythmes tsiganes remixés et autres sons de l‚Est endiablés, pour les autres il est à découvrir absoulement! Il proposera une sélection musicale pointue et festive délibérément tournée vers la fusion des musiques actuelles avec le folklore traditionnel tsigane, fanfare des Balkans, électro-tsigane, gypsy punk, rap klezmer, tango yiddish...représentatif d‚une scène musicale en pleine ébullition.



-----------------------------------------------------------------------------------



Nous ne l'attendions plus, il est là. Quelques flammes pour réchauffer la banlieue en hiver, un CPE pour annoncer le printemps à Paris. Une sorte de gauloiserie traditionnelle, finalement, chaque décennie, histoire de se remettre les idées en place. Et nous voilà à rassurer les amis kosovars et tchétchènes qui s'inquiètent de savoir si nous sommes toujours vivants Et bien oui, il bouge encore ! Un peu dans le genre soubresaut, certes, histoire de ne pas troubler le paysage. Ici, là, sous notre nez, lieux alternatifs et éditeurs indépendants ferment leurs portes, pendant que de grandes institutions sociales rendent les armes au libéralisme.

De notre côté, le départ s'affiche collectivement sur les murs de la Maison d'Europe et d'Orient. En photo ou en peinture, l'exposition rétrospective 2005-2006 est un voyage balkanique. Le même soir c'est le Théâtre Libre de Minsk, porte-drapeau de l'engagement politique et théâtral en Biélorussie, qui investit les lieux, DJ en tête.

La suite se passe sur l'écran : Comment renverser le dictateur ? Le documentaire vient des States, ne manquez pas le mode d'emploi de la révolution - nouvelle formule. Pendant ce temps, sur la côte albanaise de l'Adriatique, Minush Jero a tiré sa révérence, et nous lui rendrons son salut.

L‚étape suivante est yiddish, et se déroule dans la bonne ville de Chelm, le temps d‚un conte musical avec un bon à rien, un ramolli, une tête de bois et quelques autres. Mais nous sommes déjà repartis, toujours en musique. La Caravane gare ses roulottes à l'Ermitage, puis en plein Cirage acoustique, notre péniche de proximité met le cap sur... la Sibérie !

Un peu plus loin, en Bulgarie, il y a des catacombes, des passages à niveau et la maison du garde-barrière, où un dénommé Dinko entend des bruits dans son grenier ; vous avez reconnu Hristo Boytchev, dont le livre sort justement. L'ensemble se termine comme un conte de fées, sauf que le prince concerné revient des montagnes noires en plein référendum pour remettre le prix Paris-Europa 2006. Et pour conclure, ne manquez pas la soirée Klubnika avec DJ Tagada.



MEO - Maison d'Europe et d'Orient

[Librairie / Galerie / Studio - Bibliothèque Christiane-Montécot

Editions l'Espace d'un instant - Théâtre de Syldavie]

3 passage Hennel 75012 Paris / accès par le 105 avenue Daumesnil

Métro Gare de Lyon - sortie Bd. Diderot / ou Bus 57 ou 29


Information : 01 40 24 00 55

www.sildav.org



La Maison d'Europe et d'Orient est principalement financée par le Centre national du Livre, le Fonds d'action et de soutien à l'intégration et à la lutte contre les discriminations (FASILD), le Ministère de la Culture (DAEI et DRAC), la Région Ile-de-France et la Ville de Paris (DAC, DPVI et Mairie du 12ème).