Séminaire Ubifrance le 20 mars sur "Azerbaïdjan, Géorgie, Kazkahstan, Ouzbékistan, économies émergentes au sud de la CEI"
2008-09-14

Ubifrance vous propose un séminaire de découverte et d'information sur le thème :

"AZERBAÏDJAN, GÉORGIE, KAZAKHSTAN, OUZBÉKISTAN, économies émergentes au sud de la CEI"



le mardi 20 mars 2007 à Ubifrance - 77, boulevard Saint Jacques, Paris 14ème le 20 mars 2007, à partir de 8 h

L’Azerbaïdjan, la Géorgie, le Kazakhstan et l’Ouzbékistan ont en commun un développement appuyé sur une croissance économique supérieure à 7% en 2006, atteignant même 35,1% pour l’Azerbaïdjan, record mondial en 2006. Grands producteurs d’hydrocarbures pour le Kazakhstan et l’Azerbaïdjan, ils sont par ailleurs tous situés au cœur de la nouvelle « route du pétrole et du gaz » rayonnant à partir de la Caspienne et dont les flux se réorientent à la fois vers l’Union Européenne et vers l’Asie. Les ressources issues des hydrocarbures, supérieures à 140 milliards USD d’ici 2020 pour le Kazakhstan et l’Azerbaïdjan sont en grande partie à l’origine de ces niveaux de croissance records.

Les investisseurs étrangers ont rapidement saisi les opportunités offertes par ces économies émergeant des décombres de l’empire soviétique. Bien que les IDE soient encore concentrés dans le domaine énergétique, le Kazakhstan (8,6% de croissance en 2006) est d’ores et déjà la première destination des IDE en CEI (en proportion du PIB).

Le pouvoir d’achat est par ailleurs en progression constante, il dépasse les 4000 USD par habitant au Kazakhstan et devrait quadrupler d’ici quatre ans en Azerbaïdjan. La Géorgie, qui profite des dynamiques régionales, affiche malgré un contexte politique complexe une croissance de 7,5% en 2006. L’Ouzbékistan, est à la fois le pays le plus peuplé de la zone, une puissance agricole et une économie en pleine croissance.

Au total, la diversification de l’économie et la construction des infrastructures sont les mots d’ordre dans la région et font l’objet de financements conséquents de la part des institutions financières internationales, très impliquées dans ces quatre pays. Nos exportations sont encore essentiellement concentrées dans le domaine des biens d’équipement lourds. Des perspectives intéressantes se dessinent dans le domaine des biens de consommation qui bénéficient d’une croissance remarquable, qu’il faudrait aussi capter.


Daniel PATAT, Chef de la Mission économique à Almaty

Alexandre TROUBETZKOY, Chef de la Mission économique à Bakou

Contacts : michel.kefeli@ubifrance.fr